Avertir le modérateur

lundi, 01 septembre 2008

J+131 This is the end... zài jiàn !

 Mon voyage se termine... Tout a une fin mais le site ne ferme pas, j'ajouterai des vidéos, des articles que je n'ai pas eu le temps de traiter, et peut être qu'il y aura une suite...

Pour terminer voici une petite vidéo bilan : Plus de 4 mois en moins de 3 minutes !  

Merci et Ciao à tous ! 


 

dimanche, 31 août 2008

bye bye ma cité !



La France en a rêvé, les Chinois l'ont fait ! De grandes cités avec des ensembles de tours de 20 étages où il y fait bon vivre ! Elles se trouvent également en périphérie de la capitale, mais les similitudes s'arrêtent là. Il ne faut donc pas comparer ces ensembles d'habitations de la banlieue pékinoises à ceux de la banlieue parisienne. 

Destinées aux Chinois de la classe moyenne et "CSP +", ces résidences sont toutes récentes et poussent un peu partout autour de Pékin. Entre les Chinois qui s'éloignent du centre ville pour un loyer moins cher et ceux qui viennent chercher l'eldorado pékinois, c'est l'endroit stratégique pour loger à prix raisonnable, tout en restant connecté au centre névralgique de la capitale. 

Le métro pékinois dessert la cité qui se trouve au delà du 5e périphérique, il y a à peine 10 à 15 minutes de marche. Hormis ça, il n'y a pas grand chose. Je n'ai pas trouvé de commerces à moins d'une demi-heure de marche. Juste quelques restaurants pour étudiants car il y a l'université de communication en face de la cité, séparée par l'autoroute. 

En plein milieu de la cité, en dessous des immeubles, se trouvent une petite supérette et un restaurant. Et ce n'est qu'après plusieurs jours que j'ai remarqué qu'il y avait plein de petits commerçants qui ont  fait de leur appartement au rez-de-chaussée leur commerce. Imaginez que vous entrez dans un immeuble classique et que dans un appartement, au lieu de trouver un salon, vous retrouvez une épicerie ! Bien évidemment, les commerçants dorment à l'intérieur. En fouillant un peu les halls, j'ai trouver des pressing, des coiffeurs, et des cybers café ! 

La population de la cité est entièrement chinoise à l'exception de 2-3 visages pâle que j'ai croisés durant mon séjour. 

Les charges permettent de payer des caméras installées partout, mais aussi et surtout des gardiens 24 heures sur 24. Il y en a tous les 100 mètres à chaque entrée. Le soir, aux alentours de 6 heures, lorsque le soleil est assez bas, tout le monde sort son enfant. C'est le rendez-vous des petits mais aussi des vieux, et c'est à ce moment-là que je suis impressionné de voir à quel point les gens se sentent bien ici. On traîne en bas des tours mais autrement qu'en France ! 

La politique de l'enfant unique est bien visible elle aussi. C'est le moment pour les enfants de voir et jouer avec d'autres enfants en cette période de vacances scolaires. On voie également que les petits sont chouchoutés de partout. 

Comment je me suis retrouvé ici ? Au début de mon voyage, j'ai rencontré quelqu'un qui m'a dit qu'il connaissait quelqu'un qui pourrait m'aider à trouver un logement sur Pékin. Et je me suis retrouvé à ce que cette personne me réserve une chambre ici pour tout le mois d'août. Juste une chambre qui se trouve dans un appartement. L'entrée de l'appartement est libre, n'importe qui peut entrer comme dans un moulin. Mais à l'intérieur, toutes les pièces sont à louer. Il n'y a que la cuisine et une salle d'eau comme pièce commune. Néanmoins, je n'ai jamais vu personne dans la cuisine et j'ai ma propre salle d'eau dans ma chambre donc je ne connais pas mes colocataires. 

Mon voyage touche à sa fin, voici l'endroit où j'ai vécu à Pékin pendant un mois en vidéo : 

22

 

 


J+130 Une cité Chinoise
envoyé par essichou. - Découvrez de nouvelles destinations en vidéo.

samedi, 30 août 2008

J+129 L'enfant unique

 

Je mangeais mon menu tranquillement dans un KFC noir de monde. Très difficile de trouver une place, j'ai attendu 10 bonnes minutes qu'un couple termine pour pouvoir m'asseoir. A côté de moi, une place était donc vide. Arrive alors un couple. Papa a le plateau dans les mains et maman porte la petite fille dans ses bras. Ils décident d'installer la petite sur le siège vide à côté de moi pendant qu'eux patientent debout. Sur le plateau que tient le papa, il n'y a qu'un menu et évidemment, il est pour leur enfant. Leur unique enfant certainement avec cette loi interdisant d'avoir d'en avoir un deuxième sous peine d'amende. 

Toute l' intention est portée sur leur petite fille. Ils sont tous les deux là, debout à regarder leur fille commencer à boire sa boisson. Je me dépêche alors pour leur laisser la place, puis je les observe. Le papa a prit ma place et la maman a mit la petite sur ses genoux. Et là, le chouchoutage continue. Assis sur maman, la petite princesse n'a même pas à y mettre les mains, c'est papa qui de ses deux mains lui amène l 'hamburger à la bouche. Comme si elle n'était pas assez grande pour manger toute seule ! Maman elle attend, et tout comme papa elle ne mange pas. Ils sont venus spécialement pour la petite ! La génération enfant unique, la génération nourrie gâtée ! 


vendredi, 29 août 2008

Shanghai-Pékin : 1555 km à vélo ! Ils l'ont fait !



Ils sont Français et ont débarqué à Shanghai le 1er août. 21 jours plus tard ils sont arrivés à Pékin en vélo s'il vous plaît ! Emmené par Paco martinez l'initiateur du projet et d'autres encadrants, ce sont 13 jeunes des quartiers de Vaulx-en-Velin qui ont parcouru ce périple de 1555 km. Un projet qui a vu le jour grâce à la mairie de Vaulx-en-Velin, mais également tous ceux qui se sont intéressés et ont voulu donner un coup de main. Notamment les quelques expatriés Français en Chine qui se sont occupés des formalités sur place.

Une fois arrivés à Pékin, ils ont pu assister à quelques épreuves des JO, une véritable récompense pour ses jeunes. D'ici quelques jours ils rentreront à la maison avec un souvenir inoubliable. Mais avant de rentrer, ils donneront gracieusement les vélos à l'association "Les enfants du Sichuan". Un geste formidable pour cette région touchée par le séisme de mai dernier. 


Je les ai rencontrés, devant l'opéra de Pékin où les jeunes m'ont raconté leur périple. En vidéo :

 

jeudi, 28 août 2008

Toutes les vidéos fonctionnent à nouveau !

 Le site Youtube ayant supprimé mon compte certainement parce que j'utilisais des images dés compétitions olympique, les vidéos n'étaient plus disponible. J'ai donc fait le nécessaire pour remettre toutes les vidéos. Bonne lecture à tous ! 

J+127 Le test du parapluie, la réponse du vélo



Lorsque j'ai débarqué à Pékin, l'une des premières choses que j'ai faite est de m'acheter un vélo ! Pour 22 €, c'est une bicyclette toute neuve avec porte-bagage et panier à l'avant. Mais à ce prix-là, c'est sûr, c'est du made in China ! En une semaine j'ai dû aller changer deux fois la selle, peut-être à cause de mon gros popotin, tout le vélo se dévissait sans arrêt : le guidon, les freins et les pédales. Bref un vélo d'une durée de vie de quelques semaines. 


Mais au moins avec ça, je me suis complètement fondu dans la masse, et surtout, j'évite le petit quart d'heure de marche pour me rendre jusqu'à ma station de métro. Un métro qui d'ailleurs est plutôt l'équivalent du RER Parisien.


L' entrée du métro se trouve en plein milieu d'une autoroute entre les deux sens de circulation. Pour y accéder, il faut donc prendre une passerelle. Lorsque je m'y rends en vélo j'ai la possibilité d'attacher mon vélo dans l'un de ses fameux parking consacré où des centaines et des centaines de deux-roues sont entassés. Il y un parking de mon côté et deux autres de l'autre côté de l'autoroute.  De mon côté le parking à vélo est payant. Un gardien occupe une petite cabane qui doit faire moins de 10 m² et demande 2 mao ( 0,02 €). 

Je l'ai appris un peu abruptement, lorsqu'en repartant avec mon vélo la fenêtre s'est ouverte : "Tu n'as pas payé !" Ce n'est pas que je suis radin mais je préfère traverser la passerelle pour attacher ma bécane de l'autre côté dans les parking sans surveillance. Ainsi je n'ai pas à payer les 2 centimes mais surtout cela m'évite que mon vélo soit coincé. Vers 23 heures, le couple ferme les grilles du parking et il faut attendre le lendemain pour récupérer son vélo. 

Le plus drôle dans tout ça, c'est que la cabane fait aussi office de mini-épicerie. Il suffit de taper à la fenêtre, de demander ce que vous avez besoin et le couple vous le ramène en quelques secondes. D'ailleurs, le couple de gardien y vit aussi. Derrière la fenêtre il y a une table avec des produits à vendre, ensuite il y le couple, puis un étagère et enfin un lit. Peut-être ont-ils trouvé la solution pour éviter, à l'instar de milliers de Chinois, de quitter le centre-ville pour l'édification des stades olympiques !





Voilà pour la petite histoire des surveillants de parking à vélo, mais revenons à ma bicyclette... Ce matin-là, je me rendais à une épreuve des JO, je traverse la passerelle comme d'habitude, sous un soleil de plomb, sans aucun nuages. En pédalant, je regarde dans mon panier où j'ai posé mon parapluie en me disant qu'il ne me servirait pas de la journée. Une idée complètement absurde me vient alors à l'esprit : Je vais laisser mon parapluie dans le panier du vélo toute la journée pour voir si quelqu'un va me le piquer. 

Dans les livres de voyages, vous verrez qu'il disent que la Chine est un pays plutôt sûr, qu'il n'y a vraiment pas beaucoup d'agressions ni de vols. Moi-même, pour le moment, je n'ai eu aucune mésaventure de ce côté-là et je n'ai vraiment aucun sentiment d'insécurité, contrairement en France. 

J'installe alors mon vélo à mon emplacement habituel, à l'extérieur du parking à vélo contre les grilles. Oui, je sais que ce n'est pas logique mais j'avais pris l'habitude, c'était pour éviter de jouer à "lequel est mon vélo ?" tous les soirs. En plus c'est un emplacement où tout le monde passe et il est impossible de traficoter le cadenas sans être vu. Je m'en vais donc en me demandant si le soir je retrouverai mon parapluie cassé.  


En rentrant de ma journée, je retourne à mon vélo quand surprise ! Mon vélo a disparu ! Zut alors, mais qu'est-ce qui s'est passé ? Moi c'était juste le parapluie que je voulais tester ! Où est mon vélo ?! Je me suis repassé la scène plusieurs fois dans la tête et en ai déduit que j'avais certainement oublié de l'attacher. Je ne me rappelle pas avoir sorti le parapluie du panier, or l'antivol se trouvait à l'intérieur, sous le parapluie ! Concentré sur le parapluie j'ai certainement oublié l'essentiel. Mais peut-être que je me trompe. Peut-être l'avais-je vraiment attaché. Mais je ne pense pas. Je ne saurais jamais. 

Le pauvre gars qui a pris mon vélo, il se rendra vite compte qu'il n'a pas fait une si bonne affaire que ça dans l'état où il était. En plus le parapluie était cassé ! 
Et moi je vais être obligé de faire de la marche à pied jusqu'à la fin de mon séjour. J'avais déjà imaginé la pancarte que j'aurais mis sur mon vélo : "To sell : 80 yuans" ( à vendre : 8 € ).


Moralité : En France ou en Chine, si tu n'attaches pas ton vélo, c'est sûr qu'on te le vole ! 


mercredi, 27 août 2008

J+126 Discipline non olympique : vendeur de brochettes



Là où je vis, au delà du 5e périphérique pékinois, les consignes pour les JO étaient les mêmes qu'au centre-ville : Sécurité renforcée, mendiants chassés mais aussi nourriture de rue interdite. 


Les consignes ont été respectées ou presque. A l'entrée du métro, tous les sacs étaient vérifiés et l'homme qui faisait de la musique sur la passerelle a disparu. Par contre, juste en face de la résidence estudiantine, les vendeurs de brochettes étaient là tous les soir pendant les JO. Les touristes ne viennent pas jusqu'ici ,alors ils ont décidé de ne perdre de l'argent en continuant leur activité.


Un soir, je demandais confirmation à la fille qui faisait griller mes brochettes : "Mais vous avez le droit pendant les JO ?" Et celle ci me répond en rigolant : "Si la police se pointe, ont court !" Je me demande ce que ça doit être une coureuse de 100 m brochettes, avec son réchaud sous le bras, des tongs au pieds et une esquade de police des marchés qui vous talonne ! En tout cas, pendant toute la période des Jeux, la police n'a pas pointé son nez. Tant mieux, parce qu'ils ne dérangeaient absolument personne et de toute manière, l'activité des brochettes ne commence que vers 21 heures. 


Tous les soirs, deux vendeurs arrivent avec leur espèce de cuve en métal, large d'une dizaine de centimètres. Juste assez pour y mettre les braises et y poser les brochettes. Ils amènent aussi des petites tables et des chaises pour les clients, essentiellement des étudiants (l'émulsion intellectuelle, ça donne faim !). Et à une bonne trentaines de mètres de là sous un arbre, sont stockées les brochettes et les bières (oui, car les brochettes ça donne soif !) dans des boites en polystyrène.


Les brochettes, j'y vais quasiment tous les jours ! A 0,50 € l'aile de poulet grillé et 0,1 € la petite brochette, si ce n'est pas mon repas du soir, c'est au moins mon dessert ! Au début j'alternais : une fois j'allais chez l'homme à droite, une autre fois chez la dame à gauche. Mais un soir, l'homme m'a servi des brochettes de caoutchouc, et depuis je ne vais que chez la dame ! 

Enfin, quand je dis la dame, elles seraient plutôt trois : pour accompagner celle qui s'occupe de retourner les brochettes, il y a la soeur qui donne un coup de main pour le service et la maman qui s'assoit et s'inquiète du nombre de clients. En moyenne, une soirée leur rapporte 200 yuans (20€). Mais lorsqu'il pleut, c'est une soirée de perdue. 


Ce type de brochettes, j'en ai vu quasiment partout en Chine. Une véritable institution ! Sur les villes côtières on vous propose même des produits de la mer à faire griller. Une nourriture pas chère, mais on ne sait jamais ce qu'on risque à manger ces trucs ; par moment l'hygiène est plus que douteuse. La cuve est complètement carbonisé, on vous barbouille les brochettes avec un pinceau, et en guise de d'assiette, comme il n'y a pas de quoi faire la vaisselle, on l'englobe d'un sac plastique neuf à chaque fois. 

Moi les brochettes, je les commande toujours par 10. Pour me remercier de ne pas aller chez son concurrent elle m'en offre toujours une gratuite. D'ailleurs je trouve qu'il y a toujours plus de monde chez son concurent. Ils proposent les mêmes brochettes, mais en fait c'est parce que le monsieur a tout simplement plus de tables et de chaises. 

Pour l'heure, à Pékin, toutes les consignes pour la durée des JO sont maintenues. La circulation est toujours alternée, la sécurité toujours à son optimum même si on sent la fatigue des agents. Ce matin, j'avais rendez-vous au métro et, en attendant la personne, je me positionne derrière l'agent qui s'occupait de visionner l'écran où tous les sacs sont scanés. Machinalement tout le monde pose son bagage avant d'aller sur le quai. Sauf que là il pouvait y avoir une bombe ou de la dynamite, l'agent n'aurait rien vu ! Tout simplement parce qu'il dormait. Mais les usagers eux ne le voyait pas! 

Ah si ! Une chose est redevenue comme avant les JO. Pendant les jeux, le métro roulait jusqu'à plus d'une heure du matin. Et dés le lendemain de la cérémonie de clôture, le dernier métro à repris ses habitudes en partant à 22h47 ! Le changement est radical ! Ce sont les taxis clandestins qui vont se frotter les mains en reprenant du service ! 

Le Pékin unique des Jeux va certainement durer au moins jusqu'à la fin des Jeux paralympiques le 17 septembre, voir plus. 

Et en attendant les vendeurs de brochettes eux, n'ont toujours pas été grillés ! 



mardi, 26 août 2008

J+ 125 Fier de la Chine ?



Par un soir d'été 2001, je rentrais tranquillement chez moi quand j'appris que Pékin était désigné pour être la ville hôte des Jeux olympiques 2008. J'étais à la fois content pour la Chine et fier que la fête ait lieu dans mon pays d'origine. Mais à l'époque j'étais à des années lumières d'imaginer que je me retrouverais ici pour les couvrir ! 


Aujourd'hui je réalise que j'ai assisté à l'événement que tous les Chinois attendaient depuis 7 ans. Moi aussi j'étais impatient, encore plus lorsque j'ai décidé d'y aller. Juste avant mon départ pour le Chine, au moment du passage de la flamme olympique à Paris, des entités comme RSF ont rappelé aux Français leur combat pour les droits de l'homme... Même si le président de RSF, Robert Ménard, déclare que ce n'est que le gouvernement qu'il vise, leurs actions ont ternie l'image de la Chine et du même coup celle des Chinois. Un ami m'a dit avant mon départ : "Vous les Chinois, c'est pas bien ce que vous faites !". Sans RSF, il ne m'aurait certainement jamais dit ça. C'est donc le côté "antichinois" qui m'a beaucoup touché et blessé.


Mais en tant que blogueur et donc pseudo-journaliste, je ne peux rester insensible à la lutte d'RSF. La liberté d'expression est quelque chose que nous avons acquis en France (sauf si ont touche aux secrets sensibles d'Etat) mais pas en Chine. Arrêter et emprisonner des journalistes parce qu'ils ne font qu'exercer leur métier me choque énormément en tant que Français. Au final, je pense que RSF a eu raison de manifester lors du passage de la flamme à Paris. C'est grâce à eux et à d'autres entités du même ordre que le gouvernement chinois va se remettre en question et que les choses vont avancer. Dans le bon sens, espérons-le ! 

Alors que tout le monde s'accorde à dire que l'organisation des JO était parfaite, sur le site de RSF, le bilan de la liberté d'expression serait dramatique : 22 journalistes étrangers agressés, interpellés ou entravés ; deux blogueurs américains en prison pour avoir couvert des activités de militants protibétains, 15 citoyens chinois arrêtés pour avoir demandé le droit de manifester et 50 militants des droits de l'homme pékinois ont été placés en résidence surveillée. 


Ces chiffres, s'ils sont exacts, peuvent paraître choquant pour nous, Occidentaux. Moins pour les Chinois et les autorités qui voulaient des jeux parfaits et que le monde garde une bonne image. La seule bonne nouvelle des JO pour RSF est que leur site n'est plus censuré en Chine. Il est depuis lors accessible sur le net. C'est un début bien maigre mais un début quand même! 


Pour l'heure, la Chine a terminé ses JO, son pari d'en mettre plein la vue au monde entier a été tenu. J'en suis fier tout comme le peuple Chinois. Après mon match de hand dimanche, je suis allé au parc Chaoyang assisté à la cérémonie de fermeture sur grand écran. Il n'y a avait pas de scène de liesse : très humbles, les spectateurs autour de moi ont suivi la retransmission, heureux que cela se termine bien. Ils n'étaient certainement pas au courant des arrestations et ne préféraient pas le savoir. 


Est-ce la bonne méthode de ne pas en dire assez en Chine ? Ou alors en dit-on trop en France ? Peut-être tout simplement qu'on ne gouverne pas un pays 1,3 milliard d'habitants comme on en gouverne un de 60 millions.

lundi, 25 août 2008

JO - Handball : L'OR Français comme si vous y étiez !



Vainqueur sur le terrain, mais aussi sur dans les tribunes, les Français ont terminés en beauté en remportant l'une des toutes dernières médaille d'or de ces 29e Jeux Olympique.

Il a fallu attendre 24 ans pour qu'un sport collectif Français l'emporte aux JO !


Pour l'occasion, j'avais enfilé mon maillot de l'équipe de France! Arrivé dans les gradins, j'aperçois la colonie Française à l'opposé. Je ne peux m'empêcher de  traverser tout le gymnase pour les rejoindre, quitte à déranger je ne sais combien de rangées. 

Le match des supporter à été remporté haut la main par les bleus en nombre et en animation. Emmené par un Jean Luc Reichmann aussi qui a l'air aussi cool en vrai qu'à la TV, le public Français a mit le feu, surprenant les Chinois non habitués à une telle ambiance


J+124 JO l'or français comme si vous y étiez
envoyé par essichou. - Découvrez de nouvelles destinations en vidéo.

dimanche, 24 août 2008

JO - Canoë Kayak : Des rames, des médailles et des supporters



Nous sommes à la veille du dernier jour des jeux olympique, et pour mon avant dernière compétition, je suis allé voir du canoë kayak en eaux calme ! Auparavant je ne savais même pas que ça existait ! 

Au programme, six course, six finales, six médailles ! Malheureusement la marseillaise n'a pas retenti ! Mais pour me consoler, j'ai eu l'hymne Chinois ! 


J+123 JO - Kayak
envoyé par essichou. - Voyage et découverte en vidéo.

samedi, 23 août 2008

JO - handball : La France en finale, c'est de la balle !


 

La veille de la veille du dernier jour des JO, j'assiste aux demi-finale de l'équipe de France de Handball. Ca fait du bien un peu de cocorico ! Le seul sport d'équipe Français représenté de toutes les épreuves. j'ai misé beaucoup sur eux ! 


J+122 demi finale olympique de handball
envoyé par essichou. - Découvrez de nouvelles destinations en vidéo.

JO - base-ball + Pentathlon moderne : c'est mon dada !

Mais ce 22 août, il n'y avait pas que du handball au programme ! J'ai eu la chance d'assister à la demie finale de baseball Japon-Corée. Ici à Pékin, je ne pouvais pas faire plus asiatique ! 

Ensuite je suis parti voir l'une des épreuves de pentathlon moderne féminin et c'est plus tard que j'ai fini par du handball. 

En tout cas, le ciel était bleu, et il faisait une chaleur horrible ! Je comprends pourquoi l'athlète français n'a pas pu terminer son épreuve de 50 km marche ! 


J+122 - JO demi finales de baseball
envoyé par essichou. - Voyage et découverte en vidéo.

vendredi, 22 août 2008

Les mendiants chassés de Pékin, mais une pauvreté toujours présente



Pékin a balayé tous ses mendiants de la ville pour accueillir les Jeux Olympiques. Ainsi les touristes ne se verront pas harcelés par des centaines de mains à la sortie des sites touristiques. 

Sur la photo ci-dessus, cette dame ramasse des petites bouteilles vides tout près de la place Tian' anmen. Ensuite elle ira les revendre à une entreprise de recyclage. J'ai demandé un jour à une dame combien lui rapportait une petite bouteille collectée : Un mao. Si le prix est exact, il faut donc 100 petites bouteilles pour obtenir 1 €. C'est l'un des moyens pour les plus pauvres de gagner son pain. Des gens qui récoltent les bouteilles en plastique, j'en ai vu partout dans toute la Chine. Mais ici à Pékin cette activité est considérée proche de la mendicité et donc interdite pendant les JO. C'est pourquoi cette dame stocke ses bouteilles dans un sac-à-main pour ne pas être repérée par la police. Avec elle, deux enfants. Ils sont petits, ne dépassent pas dix ans et courent partout de poubelles en poubelles. Ils n'hésitent pas à y plonger la tête, comme dans un jeu, et récupèrent le maximum de bouteilles. Sur la photo, ils aident leur mère à écraser les bouteilles pour qu'elles prennent moins de place. 


Avec tous les touristes et la chaleur, les petites bouteilles vides coulent à flots. Sur la place Tian' anmen elle-même un autre ramasseur de bouteilles. Par contre, lui, est assis à côté d'une poubelle et a posé par terre un grand sac poubelle. Les Chinois connaissent tous cette activité et jettent alors directement leur bouteille vide dans le sac. Malgré tout, il n'a pas l'air d'être inquiété par les policiers. 

Près de chez moi, il y a une passerelle. On m'a expliqué que dessus, il y avait depuis toujours un vieux bonhomme qui jouait de la musique pour obtenir quelques pièces. Et peu de temps avant le debut des Jeux, il a disparu. Personne ne sait où il est parti ni comment.


L'objectif de Pékin en expulsant tous les mendiants était que tout soit propre et que les visiteurs repartent sans mauvaise image. Une image artificielle. D'après tous les témoignages que j'ai eus, c'est un Pékin nouveau qu'il y a depuis le début des Jeux. Tout est beau, tout est propre, tout est grand, mais tout est bien fade. Pékin n'a rien à voir avec les autres villes que j'ai vues pendant mon voyage. Les rues sont immenses mais ont l'air vide. La circulation est quasiment fluide partout mais il a fallu recourir à la "circulation alternée". Il manque le côté convivial des petits restaurants de rue, également interdits. On retrouve quelques vendeurs à la sauvette qui vous propose des produits dérivés des JO mais de façon très parsemée. J'étais à Shanghai il y a trois mois, et ils étaient partout. Pour les très pauvres qui ont pu rester à Pékin, c'est un peu une aubaine car il y a beaucoup plus de petites bouteilles ! 

Je faisais la queue au poste de sécurité avant d'assister à une épreuve, là, j'aperçois ceux qui font les grosses poubelles. L'entrée étant interdite aux briquets et aux petites bouteilles d'eau, c'est l'endroit stratégique pour tout récupérer. Avec des centaines de milliers de personnes qui y passent par jour, ça doit en faire des bouteilles et des briquets ! Eux par contre, tout le monde les voient ! Mais la police laisse faire. 

Peut-êre tout simplement, car ce sont les mendiants, plus que les autorités, qui contribuent plus efficacement au tri sélectif et au recyclage des déchets. Une main d'oeuvre, en somme, qui ne coûte rien et utile pour l'environnement.



jeudi, 21 août 2008

JO - Média Press Center : Journalistes chouchoutés, bénévoles entassés





Grâce à une journaliste géniale d'un super journal en ligne, j'ai réussi à obtenir un pass pour une journée au village des médias. Le MPC : Main Press Center. Situé dans le parc olympique, c'est ici que les 6000 journalistes de la presse écrite et photographes accrédités travaillent. Mais c'est aussi ici que certains bénévoles qui ne sont pas de Pékin dorment. Entre tous les avantages des journalistes et le dortoir des bénévoles, il y a bien deux monde. 


La petite visite en vidéo :
J+120 le centre des journalistes à Pékin
envoyé par essichou. - Voyage et découverte en vidéo.

mercredi, 20 août 2008

JO - Dans mon panier... du basket !



Avant les JO je me demandais ce que j'allais bien pouvoir faire pendant que tout le monde sera braqué sur le sport . Finalement, je me suis concocté un joli programme, et je continue à vous en faire profiter. Les JO des tribunes en vidéo, ça continue ici ! Et aujourd'hui, les deux derniers quarts de finales de baskets féminin : Corée du Sud - Etats-Unis et Russie - Espagne! Moi je parie sur une finale Chine USA... 
J+119 - quart de final féminin au JO !
envoyé par essichou. - Découvrez de nouvelles destinations en vidéo.

mardi, 19 août 2008

JO - Haltérophilie : POUSSE !!!



L'épreuve du jour, c'est de l'haltérophilie ! Ce n'était pas prévu mais comme je traîne souvent au marché noir de billets, j'ai trouvé une place pour la discipline. Un sport vraiment particulier où le but est de soulever un maximum de kg ! 
JO - Halterophilie
envoyé par essichou. - Voyage et découverte en vidéo.

J+115 JO-La bourse au billet : " Un marché noir bien transparent "



Comme dans n'importe quelle manifestation sportive, la revente des places aux compétitions pour faire du profit est interdite ! Eh bien évidemment, Pékin ne déroge pas à la règle. Le marché noir aux billets bat son plein dans la capitale chinoise. 

J'ai eu la chance d'acheter des billets par les organisateurs. Les prix m'ont semblé ridicules par rapport à ce que je dépense pour voir un match de foot en France. Pour les Jeux Olympiques de Pékin, comptez par exemple 3 € pour voir du hockey, 4 € pour voir du foot, 10 € pour voir une demi-finale de baseball et 15 € pour voir la finale de handball. A Londres, en 2012, il faudra facilement multiplier tout cela par 10 ! Mais ici, les prix sont chinois et tant mieux !


Lorsque vous descendez de la station Beitucheng, le passage obligé pour tout ceux qui se rendent sur le site olympique, vous ne pourrez rater la masse de personnes juste devant la bouche de métro. C'est l'endroit stratégique où se retrouvent vendeurs et acheteurs de billet. Devant les bénévoles impuissants chargés d'indiquer le chemin, ce sont 50, 100, peut-être 200 personnes qui recherchent leur bonheur. La police laisse faire. Du matin au soir, des vendeurs attendent billets à la main, et les chercheurs de billets papillonnent en scrutant scrupuleusement chaque billet. 

Le tennis de table, le basket, l'athlétisme et le badminton sont les sports les plus convoités. Il y a de tous les les sports à toutes les dates ! J'ai découvert ce marché il y a une semaine lorsque je suis allé voir du waterpolo. Je me renseignais sur les prix au cas où quelque chose m'intéressait ! Les billets se vendaient en moyenne 5 fois le prix affiché. En y retournant aujourd'hui, l'offre était encore plus large. Mais les prix ont flambés ! Les billets se vendent à présent 10 à 30 fois le prix affiché ! Les compétitions ayant plus que démarré, ce sont à présent des affiches sportives beaucoup plus intéressantes allant des quarts de finales aux finales. Une finale de ping pong se vend  4000 yuans soit 400 €. Les quarts de finales de foot 150 €, les demi-finales de beach volley à 200 €. Comptez également 300€ pour de la natation synchronisé, et la palme revient à une dame qui vendait une place d'athlétisme 400€ et sur le billet était indiqué 0,5€. On pourra considérer ces prix bien trop élevés pour les bourses chinoises, mais en vérité, ils sont destinés aux Occidentaux.



Du côté des acheteurs chinois, l'essentiel est de participer. Assister à n'importe quelle compétition et si possible dans le stade du "Nid d'oiseaux", leur objectif étant surtout d'être de la fête et pouvoir se dire plus tard : "J'y étais !" . Les étrangers, eux, par contre recherchent plutôt des billets bien précis. Un sport dont ils sont passionnés et surtout une date où leur équipe nationale va jouer. Une Russe cherchait désespérément l'autre jour un billet pour "l'après-midi water polo" qui avait déjà débuté. Elle courait dans tous les sens à la recherche d'un billet. La pauvre, lorsque je suis parti, elle cherchait encore.


Beaucoup plus rares, les spectateurs comme moi, qui souhaitent échanger des billets. "Normalement", je ne suis pas dans l'illégalité ! Ayant des places en double et étant seul, autant faire des échanges pour pouvoir assister à plus de compétition ! Je me balade donc avec ma petite pancarte accroché à ma sacoche "Exchange Tickets" (On fait rapidemment des progrès dans l'apprentissage de l'anglais commercial aux abords des stades). Mais quand on voit les billlets que je propose on me rit au nez : "Du Hockey ? Mais les Chinois n'aiment pas le Hockey ! C'est invendable!" Finalement j'ai dû échanger deux billets de hockey contre un de pentathlon moderne, avec le sentiment de m'être bien fait carotte ! Mais comme j'ai déjà suffisamment de hockey... 

Il y a aussi ceux qui souhaitent faire un échange bien précis : "Echange 3 billets de foot féminin aujourd'hui comprenant les match Brésil-Canada et Nigeria-Suède contre 3 billets de n'importe quel match où la Chine joue". Bon courage !



Si à la sortie du métro vous ne les apercevez pas, c'est que vous êtes en début d'après midi. Le soleil tape fort et suffit de faire quelques mettre pour les retrouver à l'ombre.

Dans tout ce remue-ménage, y a t-il des faux billets ? Je ne sais pas. Un type avait l'air intéressé par un de mes billet, il l'a regardé minutieusement recto-verso, l'a touché sur toute la longueur, et a dit à son ami : "C'est un faux !". Comment je me suis moqué de lui dans ma tête... "Bravo monsieur le spécialiste !"


lundi, 18 août 2008

J+117 JO - L'athlétisme c'est cher, mais que c'est bon !


 

Hier soir à Pékin les spectateurs en ont eu pour leur argent ! Au stade olympique de Pékin en forme de nid d'oiseau, c'est deux records olympique et un record du monde qui sont tombés ! La sensation Jamaïquaine également, c'était pur et fort,  elles ont plané pour décroché le triplé dans la finale du 100 mètres. 


L'athlétisme au stade olympique en vidéo, comme si vous y étiez ! 
J+117 JO athlétisme au nid d'oiseau
envoyé par essichou. - Explorez des lieux exotiques en vidéo.

dimanche, 17 août 2008

J+116 JO - Un peu d'épée !



Les JO continuent ! Et aujourd'hui, je vais pouvoir entrer dans le parc Olympique. Ce parc est en fait un immense enclos où se trouvent les principaux sites sportif. Sans billet, il est impossible d'entrer. J'ai essayer d'y aller la veille mais impossible. Tout comme les Pékinois qui n'ont pas de billet et qui ne peuvent pas approcher le stade. Ils se contentent de regarder le monde se balader dans le parc à travers les grilles. 

J'assiste aujourd'hui aux quarts de finale de fleuret femme par équipe. L'escrime suscite un peu plus d'intérêt en France car c'est une discipline qui ramène souvent des médailles ! Mais là malheureusement, il n'y avait pas d'équipe de France ! 
J+116 JO - Escrime
envoyé par essichou. - Explorez des lieux exotiques en vidéo.

samedi, 16 août 2008

JO - Hockey ??? D'accord !!!



La suite de mes épreuves continue, et aujourd'hui, ce sera du Hockey ! Toujours un sport qui ne suscite pas beaucoup d'intérêt en France, et toujours pas d'équipe de France représenté. J'ai réussi à me procurer un place pour un match de la Chine. Le hockey au JO et en vidéo, comme si vous y étiez !

 


J+115 JO - Hockey
envoyé par essichou. - Evadez-vous en vidéo.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu