Avertir le modérateur

jeudi, 24 avril 2008

J + 3 Une journée bizness

Nous remettant difficilement d'une soirée arrosée, nous émergeons aux alentours de midi pour manger avec les fabricants de raviolis, venus spécialement nous chercher. C'est la tête dans le sac que nous les retrouvons. Trois hommes qui étaient là hier nous conduisent vers les voitures que nous prenons pour rejoindre le restaurant situé dans un autre hôtel. Sur la route nous découvrons la banlieue de Shenzhen depuis l'intérieur de la voiture. Tout à l'air en chantier !

   

A Shenzhen, on fabrique apparement de tout ! C'est une véritable ville-usine ! Tout le long du trajet, ce sont des centaines d'ouvriers de chantiers ou d'usines qui se rendent au boulot après leurs pauses. Et que dire de ces immeuble gigantesques, certainement destinés aux ouvriers, et partout ces autoroutes en construction. Je suis persuadé que si je reviens dans dix ans au même endroit, ce sera méconnaissable !

Au restaurant, ce n'est pas dans une salle classique mais dans une pièce VIP qu'on nous invite à rentrer : une table, un grand écran et un canapé nous y attendent. Le chef cuisinier se joint à notre table pour nous présenter les plats qu'ils a préparés, notamment les fameux raviolis qui vont être négociés. 

Les types à qui Zhen a affaire ont l'air de vrais hommes d'affaire. L'un d'eux me fait même penser à un Parrain chinois tellement il parle peu. Mais quant il parle, tout le monde se tait. Les discussions ont l'air intenses mais le pote de Zhen et moi ne comprenons strictement rien. Eh oui, je ne parle pas le mandarin ! enfin, très très peu. Pendant leur conversation, je ne comprends peut-être qu'un mot sur 10. Quant au pote de Zhen, ça ne le préoccupe nullement : Dans les restaurants, on commande des plats communs pour tous où chacun pioche grâce à la partie centrale de la table qui tourne. (Contrairement en France ou les restaurant Chinois se sont adapté en faisant des menus ou des formules à volonté.) Tous ces plats ne font pas spécialement saliver Mohamed mais face à des hommes qui veulent lui faire plaisir en lui remplissant son assiette, il préfère goûter à tout pour ne pas les vexer. Pour ma part, je me suis régalé !

Le repas fini, direction les usines de raviolis. On nous montre alors comment on fabrique ces pates garnies mais également les nouilles sautés. Mais nous n'assisterons pas Mohamed et moi, à la suite de la visite : on nous fait patienter dans une salle de réunion pendant qu'ils parlent de choses sérieuses entre eux. Décidemment, j'aurai dû apprendre le chinois quand mes parents m'y forçait ! Les affaires de Zhen terminent en fin d'après-midi. Il nous expliquera que ce n'est pas finalisé mais qu'il compte importer des raviolis et des sachets de nouilles à faire sauter à la poêle. 

Pour finir cette journée, on décide d'aller se balader dans le centre-ville de Shenzhen. Cela n'a plus rien à voir avec sa périphérie : magasin Gucci de la taille d'un immeuble, panneaux publicitaires à néons gigantesques, centre commercial plus qu'immense avec sa patinoire (véridique !) à l'interieur !

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu