Avertir le modérateur

vendredi, 23 mai 2008

J + 34 Un restaurateur français surveillé comme de l'huile sur la flamme... Olympique !

René-Pol est le responsable du restaurant "Le Platane" à Shanghai, au sein de la concession Française. Ce Français de 25 ans reçoit la visite d'officiers Chinois quelques jours avant  le passage de la flamme olympique dans la ville. Son établissement se trouvant sur le trajet du relais, les autorités viennent inspecter les lieux et donner les instructions pour le jour J : la flamme passera aux alentours de 8 heures, et René-Pol devra être présent dès 5 heures du matin. Même s'il n'arrive habituellement qu'aux alentours de 10 heures, mieux vaut pour lui qu'il soit au rendez-vous. 


Vincent arrive donc ce vendredi  à 5 heures comme prévu, les officiers sont  également arrivés et procède à une fouille minutieuse qui n'a pourtant pas lieu dans les autres restaurants tenus par des Chinois. Dans le restaurant juste en face du "Platane" on a juste jeté un coup d'oeil, René-Pol en a eu confirmation auprès de ses collègues. 



Une fois inspecté, tous les volets sont fermés et René-Pol est contraint de ne pas se rendre à l'étage qui est gardé par un homme. Deux autres sont chargés de surveiller René-Pol au rez-de chaussée. Heureusement qu'il a pris soin de ramener son ordinateur car il a plus de 3 heures en compagnie de deux policiers qui le fixe en permanence. 


L'un d'eux rejoint l'étage supérieur, laissant le jeune Français avec l'agent chinois. Ils finissent finalement par discuter ensemble, et s'ils ne deviennent pas les meilleurs amis du monde entretiennent une relation cordiale. L'agent chinois a compris que son interlocuteur n'était pas un terroriste et lui autorise alors à se rendre à l'étage pour regarder le passage de la flamme olympique, mais interdiction formel d'ouvrir les volets ! Il y aurait des snipers ! Bluff ou pas ? Dans le doute, René-Pol filme le relais à travers les stores. Le policier chinois avec qui il a passé trois heures à discuter est d'ailleurs repassé un peu plus tard avec une clef USB pour avoir un souvenir de cette flamme qu'ils ont partagée ensemble.


 




René-Pol : De l' Aveyron à la restauration à Shanghai.


 


Comment René-Pol, ce jeune de 25 ans, a atterri à Shanghai en tant que responsable d'un restaurant ? Et pas n'importe quel restaurant ! 



En me rendant sur place, je n'avais aucune idée de ce qu'il tenait. J'avais juste lu la veille sur un forum qu''il serait inspecté et qu'il devait ouvrir à 5h. C'est en arrivant devant la devanture que je compris que mes claquettes et mon jogging n'était vraiment pas appropriés.. C'est sur un restaurant de haute gastronomie que je suis tombé, situé dans la concession fançaise, avec ses constructions à la fançaise et ses arbres venus de France. 
Je rentre, "bonjour, c'est moi qui t'ai envoyé un mail demandant ton adresse", et c'est parti pour un petit entretien. 


Après un CAP et BEP Cuisine, un bac technologie hôtellerie et un BTS d'art de la table, René-Pol débute sur la côte d'azur puis part travailler 3 ans à Londres où il rencontre son futur associé. Provenant de Singapour, ce dernier lui propose de monter un restaurant haut de gamme à Shanghai et 2 mois plus tard, en novembre 2006, il s'envole pour la Chine. 


 


Arrivé sur place, l'établissement est une véritable ruine à l'intérieur. Ils mettent l'argent nécessaire pour le rénover comme ils le souhaitent jusqu'au moindre détails : des murs en soie peints à la mains aux serviettes importer d'Italie, rien n'est laissé au hasard. Et 6 mois plus tard, les premières tables pouvaient être servies


C'est le choc des cultures. Avec ses trentaines d' employés, tous Chinois, les débuts sont difficiles. Quand un Chinois qui ne connaît que la cuillère classique locale, passe à 7 cuillères différentes, il faut du temps. Le plongeur également. La première fois, René-Pol trouvait que les assiettes brillaient vachement mais en les touchant elles étaient grasses. Il s'est alors rendu compte qu'il faisait simplement passer un puissant jet d'eau sans produit. D'ailleurs il n'avait pas complètement tort, c'était gras, mais c'était propre disait-il. Des choses qu'il a donc dû tout reprendre avec ses employés. 



Mais le plus gros boulot fut certainement l'apprentissage de la gastronomie française, ses goûts, ses saveurs, ses manières de la savourer. Pour leur transmettre son savoir, il organise des concours, par exemple celui qui vendra le plus de coupes de Champagne et leur font gagner un dîner dans le restaurant même. Ensuite, René-Pol s'occupe de les servir comme il aimerait qu'ils servent les clients, la manière de servir tel plat avec tels suggestions... ce qui permis de leur apprendre des choses et de leur offrir un sacré repas. 


 


Un choc des cultures qui concerne également les clients : Lorsque qu'un Chinois attrape une cuisse avec les doigts, René-Pol n'hésite pas à lui expliquer les démarches de la dégustation. Pour les produits, la maison exige le meilleure. Pas de poisson ni de boeuf locaux, il est très courant que les produits soient retournés au fournisseur. 


Cette belle aventure continue pour ce jeune de 25 ans qui avec son associé a ouvert deux autres restaurants du même calibre à Shanghai. Les débuts n'étaient pas simple, mais en Chine quand ça marche, ça peut aller très vite ! 


Aujourd'hui René-Pol se plaît à Shanghai, il s'est trouvé une copine locale et malgré ses 12 heures de boulots, 6 jours sur 7, il n'envisage pas pour le moment de retourner en France.  Si vous êtes de passage à Shanghai et que vous savez apprécier la haute gastronomie, comme Bill Gates, venez vous régaler ! 


 


Le Platane : 373, Huang Pi Nan Lu, Near Xing Ye Lu Shanghai 200021

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu