Avertir le modérateur

mardi, 27 mai 2008

J+36 Shanghai : Le passage de la Flamme olympique... Le roman-photo 2/2

Le premier jour de passage de la flamme olympique s'est apparemment déroulé sans incidents et a débutée par une minute de silence en hommage aux victimes du séisme. En terme de bilan personnel, je m'apprêtais à la voir sur deux avenues et je ne l'ai aperçue passer que derrière un rond-point, c'est-à dire-vraiment pas grand-chose. Voir la flamme en elle-même, je m'en fiche royalement. C'est surtout l'engouement autour d'elle qui est incroyable à observer. Pour avoir discuté avec plusieurs étrangers ayant vécu depuis quelques années en Chine et eu l'occasion de fêter le Nouvel an, ils me confient que le passage de cette flamme est incomparable, c'est vraiment la folie !

Voici la deuxième journée du passage d'une véritable fierté nationale...


En rentrant de cette première journée, je ne savais pas trop si j'y retournerai demain. Est-ce que ça en vaudra la peine ? Mais à la réception de l'auberge, les hôtesses s'organisent... 

Ketty est déjà venue avec moi aujourd'hui ; elle enchaîne car elle travaille de nuit ce soir de 20h à 8h. Elle a donc demandé à sa collègue de venir plus tôt pour la remplacer demain matin. Sarah  travaillera elle aussi ce soir à partir de 20 heures jusqu'à 8h. Ici, on fait les 2 douze et non les 3 huit ! Elles décident de partir pour le premier passage, et se donnent rendez-vous à 6h25 devant l'auberge. Allez ! soyons fous ! Je décide d'y aller avec elles ! La flamme parcourt des quartiers situés en banlieues de Shanghai, à trois moments différents de la journée. 

Le lendemain matin. Wang Ya, le cuisinier de l'auberge, est également de la partie. Direction Jiao tong dai xué (manque les accents, trés important !), je ne l'ai pas sur ma carte de Shanghai ! En compagnie de Ketty, Sarah et le cuistot, je prends le métro. Evidemment, c'est une fois à l'intérieur qu'on se rend compte que les filles comptaient sur moi pour savoir où aller exactement et vice-verça pour ma part. 

On demande alors aux personnes qui s'y rendent, reconnaissables au rouge de la Chine qu'ils portent sur eux. On nous donnent des indications différentes mais finalement on préfère suivre un vendeur de drapeaux. Plus d'une heure de métro, 3 changements et on arrive je ne sais où ! Nous décbouchons sur une grande avenue décorée de drapeaux de l'événement. La flamme va certainement passer. Mais mes compagnons demandent quelques infos et me disent qu'ils faut aller tout au bout de la rue !
"Viens, cours !"

 



"Doucement ! je suis en claquettes !"


Après au moins deux kilomètres de course, évidemment, la route est barrée par un passage à niveau. 


"Je veux la voir ! Laisser moi passer !" 

Forcément, les gens continuent  d'arriver et s'entassent de plus en plus dans cette impasse provisoire espérant apercevoir la flamme.

Aux dernières informations récoltées, la flamme ne passera finalement pas ici mais sur une rue parallèle. Seul moyen d'y accéder, faire demi-tour et se retaper toute la rue. Certains essayent d'apercevoir quelque chose à travers des passages fermés.

 

"Tu vois quelque chose ?" - "Non et toi ?"


On entend la la foule criée de l'autre coté, la flamme court à plusieurs centaines de mètres de nous... Mes compagnons sont dégoûtés ! Ils passent alors des coups de fils pour avoir des informations sur la troisième et dernière zone de passage de la flamme à Shanghai. Il est à peine plus de 9 heures et ils souhaitent s'y rendre dès maintenant alors que l'horaire est prévue pour  14h. Au moins on aura de l'avance ! 

Tant que j'y suis, je vais continuer avec eux ! On marche alors au moins une heure pour retrouver un bus qui nous rapprocherait, mais j'en ai marre, je les force à prendre un taxi !

"Vite ! on va être en retard ! Il ne reste que 5 heures !"


Enfin dans un taxi ! Ayant très très peu dormi ses derniers jours, je m'endors rapidement. Il y a plusieurs dizaines de kilomètres et je fais un bon dodo, tous les autres également.
Nous sommes presqu'arrivés, les filles me réveillent : "Viens on descend ! c'est bouché, on va continuer à pieds !" Sans réfléchir je descends évidement. Et là, stupeur !
"MAIS ON MARCHE SUR L'AUTOROUTE !" 


"Qu'est-ce que t'as Chou ? T'as jamais marché sur l'autoroute?" 

On descend la bretelle d'autoroute et, vu le paysage, on est pas prêt d'arriver à destination...

Il est 11heures, j'ai faim, j'ai mal aux pieds à cause de mes claquettes. Petite pause déjeuner dans un 4 étoiles.

"Allez mon gros ! Viens manger ! On t'as pris 2 bols de riz !"

Après avoir bien mangé, je demande les toilettes. La restauratrice m'explique alors que les plus proches sont situés dans l'hôpital qui se trouve derrière. Chouette ! 

Après le ventre et la vidange, il faut repartir ! On prend alors un bus et mes compagnons me rassurent qu'il nous y emmènera directement en à peu près 40 minutes. 

Lui c'est le type qui s'occupe de vendre les tickets de bus. Il est assis juste à côté de la porte arrière et personne ne lui échappe! Tout le monde passe à la caisse ! 


"T'es pas en France bonhomme ! Tu paie pas, je t'arrose !"

Le bus fait sa route, son chemin, son destin mais comme de par hasard... Badaboum ! Patatrac ! Ploom ! Une violente secousse. Le bus a percuté le vehicule de devant. Terminus ! tout le monde descend ! On se retrouve au bord de la route au milieux de nulle part...



Certains ne perdent alors pas de temps

"Approchez ! Approchez ! Le seul vendeur de drapeaux au bord de la route !"


D'un coup j'entends : "Chou dépêche toi ! viens !" Non, on va pas encore courir quand même ! Heureusement non, mes amis ont fait de l'auto-stop, ça va, on va juste monter dans la voiture d'un inconnu ! L'aventure continue...

"Pourquoi je les ai laissés monter ? Ils ne m'inspirent pas confiance..."


"Pourquoi il nous a laissés monter ? Il ne m'inspire pas confiance..."


Enfin ! nous arrivons ! On remercie notre Joe qui nous a gentiment déposés, et miracle, j'aperçois pour la première fois des barrières, signe que la flamme va passer ! 



"Photos ! Photos ! Photos ! C'est dans nos gênes !"


"Lâche ce drapeau !" - "Non ! Il est pour moi !"


Mes charmants compagnons, malgré qu'il y ait les barrières, n'apprécient pas l'endroit ! Il faut quelque part avec du monde et de l'ambiance, mais pas trop pour pouvoir voir quelque chose... On marche encore et encore et toujours... Et finalement, on tombe sur une partie du parcours où beaucoup de groupes, venus d'un peu partout, assistent à l'événement.


"Le gang des drapeaux"


"Le gang des jupettes"


"Le gang des grands-mères à tambours en visières"


"Le gang des cerceaux"


"Je voulais pas un drapeau, je voulais des bonbons !"

Bien évidement, chacun ses petits business.

"Qui veut des nouilles instantanées ?!"



Madame, elle récolte les bouteilles en plastique pour les revendre une misère au Kg.

Et enfin, un car arrive. A l' intérieur plusieurs relayeurs font coucou aux spectateurs ! Les fillessont hystériques à la vue de la star de cinéma locale : Liang Jia hui.


"Lève ton pouce ! T'auras un pousse-pousse !"

Je comprends enfin le fonctionnement du relais de la flamme olympique. Tous à bord du car, c'est quand il veut et surtout où il veut qu'il s'arrête. Il déverse quelques athlètes à peine, à une cinquantaine de mètres l'un de l'autre, il se passe la flamme pour les photos et caméras et tout le monde remonte dans le car qui fait apparemment la majorité du trajet. Du coup, beaucoup de personnes venant voir le passage de la flamme ne voient passer que le car. 

Cette fois-ci, c'est pas sur un tabouret mais sur un arbuste que je me suis perché ! Je suis également beaucoup mieux placer que les dernières fois et j'ai réussi à me mettre devant un relayeur qui attend la flamme. Mais aucune idée de qui ça peut bien être.

 

"Aie ! Tu me fais mal ! Descends !"


"Mince, je n'aperçois pas ma famille !"

"Nous sommes les petits bonhommes bleus, allume ta torche et pas de blagues !"

" Merci de m'acclamer ! Mais je ne comprends pas votre langue ! "

Cinquante mètres plus loin...

"Fais gaffe, c'est chaud ! "


Voilà, c'est tout ! J'ai enfin vue cette flamme de près ! Finalement c'était pas si compliqué que ça ! 
A présent, la mission est de retrouver mes camarades Pas facille avec tout ce monde, il faut que j'essaie de les repérer grâce à leurs visières rouge !



Après les avoir retrouvés et plus d'une bonne heure de galère pour monter dans le bon bus, nous rentrons. Le bus fait une bonne trotte pour nous emmener à une centaine de mètres de l'hôtel ! Quand je pense à tout ce que l'on a fait pour arriver là-bas alors qu'un bus nous y emmenait directement... 
Enfin bon, finalement ce fut une super journée! 


La première journée.

Commentaires

BRAVO , c' est un réel plaisir de suivre tes récits qui sont captivants et on est sous le charme de tes aventures en Chine . UN GRAND MERCI

Écrit par : heidi | mardi, 12 août 2008

Quelqu'un pourrait me dire comment ajouter ce blog à ma page netvibes ? J'aimerais bien avoir les denieres publications directement sur ma page de demarage. Merci :)

Écrit par : photo sur toile | dimanche, 03 avril 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu