Avertir le modérateur

mercredi, 11 juin 2008

J+48 Delia et le Dragon Boat Festival





















Je passe ma quatrième et dernière journée à Fuzhou en compagnie de Delia, l’amie de Michael. Je lui ai demandé si elle pouvait m’emmener quelque part d’original, histoire de voir un peu la ville. Cela ne la dérange pas, mais le seul problème, c’est qu’elle ne voit pas trop où elle pourrait m’emmener. Il n’y a donc pas d’endroits incontournables à Fuzhou ? 


Delia est née à Fuzhou, a grandit à Fuzhou et travaille aujourd’hui à Fuzhou. Pour compléter son état civil, je voulais connaître son âge, mais elle a soigneusement évité tous les pièges que je lui avais tendus. En Chine aussi, il semblerait que demander l’âge d’une jeune femme ne se fasse pas. Mais je pense qu’elle doit avoir à peu près la trentaine...


Je ne sais pas si elle a mal pris mes assauts répétés, mais lorsque je lui ai dit que je l’appellerai pour se donner rendez-vous, elle m’a répondu : « Non, envoie-moi plutôt un message, je ne comprends pas ton chinois, il est trop mauvais » ! Ok d’ accord, un partout... Elle m’a envoyé me faire balader !


Delia fait partie de ce genre de filles « dépourvue de vices ». Rien ne la dérange, n’est pas intéressée par l’argent, dévouer si j’ai besoin d’aide, ne fume pas, ne boit pas. Elle ne cherche pas à faire la gentille, elle l’est juste naturellement. Elle m’a notamment aidé à réserver une chambre pour Xiamen, et j’ai eu beau insister pour qu’elle utilise mon téléphone mais non, elle ne voulait pas ! Quant on sort manger ? Elle insiste toujours pour payer... C’est exaspérant ! Mais c'est moi qui offre... De force! 


En arrivant au rendez-vous, elle m’apporte des bananes. C’est vrai que les fleurs c’est joli, mais ce n’est pas très nourrissant ! Ca pourra être utile si j’ai une petite faim en allant se balader dans un joli parc au bord du fleuve du Ming Jiang où elle a décide de m’amener. Et surprise ! On découvre que Dragon Boat festival est en pleine préparation.


Je bombarde alors Delia de questions pour en apprendre un peu plus sur elle. Elle n’aime pas manger de poissons comme beaucoup de chinois, ni de cou de canard ou pattes de poules, ne pratique pas de religion et aime faire du jogging. Flanquée d’une sœur et d’un frère, elle habite toujours chez ses parents et n’a pas de petit-copain parce qu’elle est « trop occupée par son boulot ». Elle travaille dans des bureaux pour une boîte de logistique et gagne à peu près 2 000 yuans (200 €) par mois. Elle estime qu’à Fuzhou c’est un salaire correct mais loin d’être mirobolant. Lorsque je lui demande si elle apprécie son job, c’est une réponse très chinoise qu’elle me donne : « Je suis obligé d’aimer mon travail, c’est ce qui me permet d’avoir un salaire ». « Tu aimes la Chine? », lui demandé-je pour me venger que tout le monde me harcèle de cette question : « Bien sûr que j’aime la Chine ! Je suis Chinoise ! » Donc rien à changer, quoi !


Delia n’est jamais sorti de Chine mais voyage dès qu’elle le peut dans ce pays « qu’elle aime » et qui est immense. Elle me dira d’ailleurs en anglais : « Je ne suis jamais sortie de la Chine mais je pense que c’est le meilleur pays au monde ». L’esprit patriotique avant tout ! 


La pluie s’invite et écourte notre petite balade. On se réfugie sous un abri. Dans son sac, elle a apporté des fruits : pommes, bananes et mangues. Avec le couteau qu’elle a toujours sur elle –à part McGyver, je connais personne qui fait ça – elle épluche sa pomme et me l’a donne. Sympa !


En se quittant, je la remercie pour tout, et je lui apprends à dire au revoir à la française, c’est à dire la bise. Amusant ! Elle ne s’y attendait pas ! J’ai d’ailleurs eu beaucoup de chance, on ne sait jamais comment va réagir une fille surprise avec un couteau à la main !



Le Dragon Boat Festival



Lorsque Delia m’a expliqué que les tambours sur les bateaux qu’on entendait étaient pour le Dragon Boat Festival, j’ai d’abord cru qu’elle me parlait de Dragon Ball. Rien à voir ! Le Dragon Boat Festival se déroulera demain un peu partout en Chine. Là où il y a de l’eau, bien évidemment.


La légende raconte qu’il y a plus de 2 000 ans, un certain Qu Yuan, célèbre pour ses poèmes et son dévouement pour le bien de la nation, s’est suicidé en se jetant dans un fleuve en signe de protestation. Le peuple qui l’appréciait beaucoup a essayé de retrouver sa dépouille en draguant le fleuve à bord de bateaux. Pour éviter que les poissons ne mangent son corps, on jetait des boulettes de riz gluant et des œufs. Certain disent même qu’on y a versé du vin pour saouler les poissons.


Chaque années, au 5e jour du 5e mois du calendrier lunaire, date de la mort du protestataire, c’est le Dragon Boat Festival. Des courses de bateaux en formes de dragons sont organisées. C’est la fête et on y mange des gâteaux de riz triangulaires et on boit du vin pour commémorer Qu Yuan. Au fait, c’est pas les poissons qu’on devait gaver et saouler ?!




Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu