Avertir le modérateur

mercredi, 27 août 2008

J+126 Discipline non olympique : vendeur de brochettes



Là où je vis, au delà du 5e périphérique pékinois, les consignes pour les JO étaient les mêmes qu'au centre-ville : Sécurité renforcée, mendiants chassés mais aussi nourriture de rue interdite. 


Les consignes ont été respectées ou presque. A l'entrée du métro, tous les sacs étaient vérifiés et l'homme qui faisait de la musique sur la passerelle a disparu. Par contre, juste en face de la résidence estudiantine, les vendeurs de brochettes étaient là tous les soir pendant les JO. Les touristes ne viennent pas jusqu'ici ,alors ils ont décidé de ne perdre de l'argent en continuant leur activité.


Un soir, je demandais confirmation à la fille qui faisait griller mes brochettes : "Mais vous avez le droit pendant les JO ?" Et celle ci me répond en rigolant : "Si la police se pointe, ont court !" Je me demande ce que ça doit être une coureuse de 100 m brochettes, avec son réchaud sous le bras, des tongs au pieds et une esquade de police des marchés qui vous talonne ! En tout cas, pendant toute la période des Jeux, la police n'a pas pointé son nez. Tant mieux, parce qu'ils ne dérangeaient absolument personne et de toute manière, l'activité des brochettes ne commence que vers 21 heures. 


Tous les soirs, deux vendeurs arrivent avec leur espèce de cuve en métal, large d'une dizaine de centimètres. Juste assez pour y mettre les braises et y poser les brochettes. Ils amènent aussi des petites tables et des chaises pour les clients, essentiellement des étudiants (l'émulsion intellectuelle, ça donne faim !). Et à une bonne trentaines de mètres de là sous un arbre, sont stockées les brochettes et les bières (oui, car les brochettes ça donne soif !) dans des boites en polystyrène.


Les brochettes, j'y vais quasiment tous les jours ! A 0,50 € l'aile de poulet grillé et 0,1 € la petite brochette, si ce n'est pas mon repas du soir, c'est au moins mon dessert ! Au début j'alternais : une fois j'allais chez l'homme à droite, une autre fois chez la dame à gauche. Mais un soir, l'homme m'a servi des brochettes de caoutchouc, et depuis je ne vais que chez la dame ! 

Enfin, quand je dis la dame, elles seraient plutôt trois : pour accompagner celle qui s'occupe de retourner les brochettes, il y a la soeur qui donne un coup de main pour le service et la maman qui s'assoit et s'inquiète du nombre de clients. En moyenne, une soirée leur rapporte 200 yuans (20€). Mais lorsqu'il pleut, c'est une soirée de perdue. 


Ce type de brochettes, j'en ai vu quasiment partout en Chine. Une véritable institution ! Sur les villes côtières on vous propose même des produits de la mer à faire griller. Une nourriture pas chère, mais on ne sait jamais ce qu'on risque à manger ces trucs ; par moment l'hygiène est plus que douteuse. La cuve est complètement carbonisé, on vous barbouille les brochettes avec un pinceau, et en guise de d'assiette, comme il n'y a pas de quoi faire la vaisselle, on l'englobe d'un sac plastique neuf à chaque fois. 

Moi les brochettes, je les commande toujours par 10. Pour me remercier de ne pas aller chez son concurrent elle m'en offre toujours une gratuite. D'ailleurs je trouve qu'il y a toujours plus de monde chez son concurent. Ils proposent les mêmes brochettes, mais en fait c'est parce que le monsieur a tout simplement plus de tables et de chaises. 

Pour l'heure, à Pékin, toutes les consignes pour la durée des JO sont maintenues. La circulation est toujours alternée, la sécurité toujours à son optimum même si on sent la fatigue des agents. Ce matin, j'avais rendez-vous au métro et, en attendant la personne, je me positionne derrière l'agent qui s'occupait de visionner l'écran où tous les sacs sont scanés. Machinalement tout le monde pose son bagage avant d'aller sur le quai. Sauf que là il pouvait y avoir une bombe ou de la dynamite, l'agent n'aurait rien vu ! Tout simplement parce qu'il dormait. Mais les usagers eux ne le voyait pas! 

Ah si ! Une chose est redevenue comme avant les JO. Pendant les jeux, le métro roulait jusqu'à plus d'une heure du matin. Et dés le lendemain de la cérémonie de clôture, le dernier métro à repris ses habitudes en partant à 22h47 ! Le changement est radical ! Ce sont les taxis clandestins qui vont se frotter les mains en reprenant du service ! 

Le Pékin unique des Jeux va certainement durer au moins jusqu'à la fin des Jeux paralympiques le 17 septembre, voir plus. 

Et en attendant les vendeurs de brochettes eux, n'ont toujours pas été grillés ! 



Commentaires

Sichere Apotheke, wo man das nötige Medikament ohne Verschreibung bestellen kann.
Sildenafil gegen erektile Dysfunktion kaufen - Viagra Pfizer und preisgünstige Viagra Generika für besten Preis, 100% sicher bei uns!

Écrit par : Viagra rezeptfrei | vendredi, 26 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu